Technique Dressage : la qualité du contact

Depuis deux ans, Camille anime la rubrique Technique Dressage de Grand Prix Magazine et propose chaque mois un sujet propre à cette discipline. Vous avez raté un article ? Nous vous proposons de le relire ici ! Ne manquez pas de vous abonner pour découvrir en avant première cette rubrique mensuelle.

 

La qualité du contact, un principe fondamental du dressage

L’une des bases incontournables du dressage réside dans la qualité du contact sans résistance, élément essentiel qui ne saurait à aucun moment de l’entraînement être négligé.

La qualité du contact fait partie des buts et principes du dressage analysés dans L’Echelle de Progression mise à jour par la Fédération Française d’Equitation en 2014. On y définit le contact comme le «rapport qui existe entre la bouche du cheval et la main du cavalier lorsque les rênes sont ajustées. Il doit être l’expression d’une relation confiante, stable, symétrique et moelleuse». Il peut être décrit comme une connexion, une ligne de communication qui part de la bouche et se prolonge jusqu’à la main, une conversation entre le cheval et son cavalier.

«Le contact doit provenir de l’énergie des postérieurs transmise jusqu’à la main par un dos souple, le cheval venant chercher le contact de la main, l’encolure et la nuque restant souples. Tirer avec les mains pour corriger le contact a pour effet de bloquer le dos et s’oppose à l’activité issue des postérieurs».

La complexité est de concilier les notions de contact et de légèreté sans pour autant vouloir à tout prix les obtenir de manière artificielle. Le cavalier ne doit jamais chercher à créer de la légèreté chez son cheval en ayant des actions abusives avec ses mains. Au contraire, il doit réunir les conditions nécessaires permettant au cheval de se stabiliser sur un contact constant. Selon Isabelle Judet, juge internationale 5*, «le cheval doit prendre confiance dans la main du cavalier qui grâce au contact l’accompagne et le rassure comme la main de l’adulte, fermée sur celle de l’enfant, le guide pas à pas». La légèreté ne doit pas être liée à une rupture de la tension des rênes par le cavalier mais doit être le résultat de l’équilibre, de la prise de poids sur les hanches et du soutien obtenu lorsque le cheval est engagé, rassemblé.

La qualité du contact ne peut donc pas être dissociée du fonctionnement global du cheval. Selon Alain Francqueville, juge international 4*, il faut transmettre une notion moins localisée du contact et le décrire plutôt comme une résultante de la tension par le dos. Cette tension étant élastique, elle permet d’obtenir une ‘correspondance’ de l’arrière vers l’avant. «L’expression correspondance, ‘connexion’ en anglais, doit refléter l’harmonie musculaire du cheval». Alain Francqueville explique que «si la correspondance (liaison) arrière-avant est bonne alors le cheval doit être en mesure de pousser sa tige vertébrale, jusqu’à la nuque au dessus du mors». Isabelle Judet nous explique que «la légèreté est le produit de la répartition du poids du cheval entre son arrière main et son avant main. Imaginez une balance à deux plateaux : l’équilibre se fait quand il y a égalité dans la répartition du poids. Si un cheval a un contact trop fort, l’objectif premier ne doit pas être de le faire tirer moins mais de progressivement changer la répartition du poids vers l’arrière main».

 

Les indices d’un bon contact

Le bon contact est vivant, ni trop lourd, ni trop léger avec des rênes ni trop lâches ni trop tendues. Il est égal dans les deux mains même si la flexion ou l’incurvation peuvent légèrement et momentanément modifier ce parfait équilibre. L’Echelle de Progression énumère quatre indices permettant d’évaluer le bon contact de son cheval :

  • «un cheval qui vient avec confiance sur la main avec le chanfrein restant en avant de la verticale»
  • «une bouche calme et décontractée permettant un contact moelleux et léger»
  • «une nuque perméable, qui est en règle générale le point le plus haut del’encolure»
  • «une encolure qui adapte facilement son attitude en fonction de l’amplitude desallures»

 

Améliorer la qualité du contact

Le cavalier doit avant tout faire preuve d’une grande rigueur dans sa position : les doigts doivent être fermés sur les rênes, les poignets dans le prolongement de l’avant bras, les paumes des mains face à face et les pouces au dessus.

En conservant systématiquement cette position, des exercices simples permettent de travailler l’équilibre général du cheval en perfectionnant son contact. C’est le cas notamment des transitions entre et à l’intérieur des allures qui peuvent être utilisées sans limites. Lors d’une conférence organisée par British Dressage en Novembre 2012, Carl Hester, champion olympique, expliquait qu’en demandant au cheval d’alterner entre des plus grandes et des plus petites foulées tout en maintenant voire en augmentant la rapidité des postérieurs, le cavalier l’encourage à tenir sa nuque et maintenir son équilibre. L’utilisation de nombreuses voltes, en particulier au galop, en conservant l’activité tout en veillant au rythme, incite également le cheval à améliorer son équilibre, à employer l’intégralité de son corps et de se fait à produire une plus grande qualité de contact. C’est aussi le cas du travail latéral, à commencer par les cessions à la jambe, qui permet d’assouplir le dos du cheval tout en s’assurant de l’acceptation des aides du cavalier.

 

Vérifier la qualité du contact

Le cavalier doit pouvoir nuancer à volonté l’intensité du contact et obtenir du cheval une réaction immédiate. Afin de s’assurer de la capacité du cavalier à réduire le contact au minimum, la Fédération Equestre Internationale et la Fédération Française d’Equitation ont intégré dans leurs textes de reprise deux exercices clés. Le premier consiste à avancer les mains et rompre le contact, le cheval doit alors maintenir son attitude aussi bien que son allure, les rênes visiblement détendues. Le second consiste au contraire à laisser filer les rênes, le cheval devant alors se déplier vers l’avant et vers le bas tout en cherchant à maintenir le contact quelles- que soit la longueur des rênes.

2 Comments
  • Coullard jean pierre
    Répondre

    Bonjour
    Merci pour ces conseils amitiés a vous tous jean pierre

    14 avril 2020at7 h 21 min

Post a Comment