Sir Rahjad épatant jusqu’au bout

« La reprise en musique du CDI4* de Genève a sans aucun doute été le moment fort de ce week end mettant le dressage à l’honneur en Suisse. Le spectacle a commencé avec l’élégance reprise d’Antonella Jouanou et Dandy de la Roche. Le couple 100% Suisse a séduit sans difficultés son public genevois mais également les juges qui l’ont placé en tête avec 71,7% jusqu’à la reprise de Beatriz Ferrer Salat. La cavalière espagnole et son fidèle Sir Radjah ont présenté une reprise débordante d’énergie avec notamment des changements de pied hors du commun. Son très beau score de 75,72% était l’objectif à battre pour la Suisse Marcella Krincke Susmelj. Grâce à une reprise sans faute de belle qualité, elle parvient à se placer en pôle position avec 1% d’avance.

Isabel Werth s’est élancée en dernier et Emilie a conclu avec brio cette succession d’excellentes reprises. Le public, enthousiaste, a fait entendre ses 6000 voix pour récompenser la performance spectaculaire de là numéro 1 mondial. Les juges ont été unanimes : 84,02% et une victoire incontestée.

Nos deux cavaliers français en lisse sont parvenus à se glisser respectivement aux 5eme et 6eme places. La jument de Pierre Volla Badinda Altena s’étant montrée particulièrement sensible à l’atmosphère survoltée, s’est quelque peu laissée déborder par un surcroît d’énergie. Malgré l’enthousiasme du public ils n’ont pas réussi à conserver leur classement de la veille et ont rétrogradé d’une place.

Même scénario pour Bertrand Liegard qui rétrograde d’une place, Star Wars n’ayant réussi ni à exprimer son talent dans le piaffer passage ni à montrer le cheval dans l’impulsion requise.
De ce concours de Genève nous retiendrons cependant la très bonne tenue de nos cavaliers francais et leurs performances homogènes et harmonieuses. Bravo à eux !

Je me joins avec tristesse aux très nombreux messages de soutien envoyés à Beatriz dont le cheval a été victime sur le chemin du retour d’une colique qui lui a été fatal après un week end plein de succès et de complicité partagés avec sa cavalière. C’est une douleur immense pour l’ensemble du dressage mondial. Sir Rahjad, qui l’accompagnait depuis de très longues années, sera immensément regretté. » 

 

Isabelle Judet

No Comments

Post a Comment