Conseil de Juge n°40 : transition galop pas

Illustration du rassembler : la transition galop pas

 

En réponse à Sophie l’internaute, voici les règles plus quelques conseils pour réussir au mieux les transitions galop-pas. Règles de base :

 

Il nous faut toujours revenir à nos fondamentaux que sont le contrôle de la vitesse et de la rectitude sans pour autant oublier l’activité (c’est à dire la rapidité des postérieurs qui n’a rien a voir avec la vitesse de l’allure) et la mise en main (un cheval rond acceptant un contact constant ). Dans le sujet qui nous intéresse, ceci doit être acquis au pas comme au galop.

 

À l’intérieur même de chacune des deux allures, le cavalier doit pouvoir faire des variations tant concernant l’amplitude (la taille des foulées , allonger et revenir plus petit) que la rapidité des postérieurs ( plus actif sans augmenter la taille des foulées ou encore plus petit et plus vite).

 

Ceci étant posé, la question va être de savoir comment parvenir à ce résultat ? Votre cheval doit comprendre très clairement les règles de base sur les aides : pour avancer il doit être réactif aux jambes et pour rétrograder il doit réagir à la demande de la main. En résumer et dit de façon prosaïque si vous fermez les jambes il doit avancer plus ou plus vite et si vous fermez les mains, il doit ralentir ! Cela paraît évident mais il faut le dire et le redire.

 

Combien de chevaux en effet sont totalement insensibles à l’action de la jambe ou de l’éperon (nombre d’entre eux sont d’ailleurs blessés aux flancs à cause d’une action inefficace car mille fois répétée sans résultat) ? Combien de chevaux lorsque la main se ferme, commencent par accélérer voire pour certains « prennent le mots aux dents  » et même embarquent !!!?

 

Donc pour revenir à notre sujet des transitions galop-pas il faut s’assurer que ce processus fonctionne à plein et particulièrement dans le galop , pouvoir réduire la taille des foulées sans que le cheval ne passe au trot ni surtout qu’il ne se mette à anticiper en passant de lui même à une allure inférieure. Mon conseil sera alors de s’assurer que l’activité est conservée ou même légèrement augmentée lorsque l’on réduit la taille de la foulée de galop. Il en va de même pour les foulées de pas. Mon conseil sera alors, une fois ces impératifs respectés, de multiplier les transitions en étant exigeant et ferme les premières fois de façon à clairement faire comprendre au cheval ce que le cavalier attend de lui.

À chaque fois, même si l’on n’a pas  atteint la perfection il faut récompenser à la voix et en caressant fort. De jour en jour si vous respectez bien chaque règle, vous améliorerez la qualité de la transition jusqu’à obtenir la perfection sans même y penser !!!

No Comments

Post a Comment