Conseil de Juge n°38 : le modèle britannique

Le modèle britannique : à la conquête de l’or

 

On a beaucoup parlé ces derniers temps de la qualité de l’équitation présentée par Carl Hester et son elève et championne olympique Charlotte Dujardin.

 

Il faut dire que ces deux là s’entendent pour faire taire toutes les polémiques habilement entretenues concernant équitation hollandaise versus équitation allemande. Plus de « rollkur », plus de chevaux trop bas ou trop fermés, plus de discussions sur les bouches ouvertes ni sur l’impulsion qui engendrerait une certaine crispation.

 

À la place, un rassembler qui ressemble aux plus belles descriptions de l’académisme : dans le piaffer , abaissement des hanches sans acculement , position parfaitement verticale des antérieurs , élévation classique des membres mi-boulets derrière, mi-canons devant , un passage ou l’encolure et la nuque trouvent tout naturellement leur place grâce à une impulsion générée par des postérieurs engagés et aisément collectée par la main. Ajoutons encore la qualité du contact qui reste toujours moelleuse mais existant malgré un dynamisme sans égal , voici les éléments qui caractérisent ces deux cavaliers d’exception.

 

Grâce à ses talents d’entraîneur et à sa passion communicative Carl répand la bonne parole non seulement en Grande Bretagne mais aussi à quelques chanceux qui allaient déjà le voir avant les résultats exceptionnels de son équipe.

 

Puisse ce type d’équitation de répandre jusque chez nous ,voilà ce que l’on peut souhaiter à notre dressage qui continue son errance dont on ne sait même plus quand elle fut commencée et ce malgré un nombre toujours grandissant de passionnés pratiquant la discipline. J’espère que la Manche ne sera pas infranchissable pour que nous partagions cette « bonne équitation » et que nous réagirons à temps pour être à la hauteur des attentes des fans de dressage en France.

No Comments

Post a Comment