Conseil de Juge n°36 : l’importance de l’encadrement

Un encadrement de qualité : la clé du succès

 

Retour sur Jardy, un concours français qui témoigne de la place grandissante prise par le dressage dans les aspirations des cavaliers. Le grand nombre de partants, la qualité des chevaux présentés, l’aspect extérieur soigné des chevaux et des cavaliers , ces trois éléments sont indéniablement le signe que le dressage a pris une place de choix dans le coeur des cavaliers. Il reste maintenant à améliorer les bases du travail au quotidien pour que les résultats reflètent la qualité et le potentiel  des couples, tous niveaux confondus.

 

Le haut niveau (grand tour, petit tour, jeunes cavaliers) semble aujourd’hui sur les rails de l’amélioration.
Peut être grâce aux divers stages, fédéraux ou privés , mis en place un peu partout sur le territoire, on note une harmonisation notable des techniques de détente ainsi que des présentations. Le bas blesse malheureusement encore au niveau poney qui ne semble pas avoir été investi par les professionnels du haut niveau et qui reste décevant avec de réelles lacunes ne serait ce qu’au niveau de la soumission et de l’harmonie. Il est temps que les parents comprennent qu’à ce niveau ils doivent faire appel a des professionnels chevronnés pour mettre au point la technique de base ainsi que de présentation.

 

Enfin j’évoquerai ici la grande majorité des cavaliers présents a Jardy : les amateurs montant en classe D,C,B, jeunes chevaux 4, 5, 6, 7 ans. Pour ceux la, il manque de façon flagrante un encadrement d’ enseignants  voire d’ entraineurs, ayant de bonnes notions saines de base capables d’ amener leurs élèves jusqu’à un niveau de basse école en ayant installé de façon durable les notions de base  :
– correction de l’allure
– souplesse et décontraction
– qualité du contact
– propulsion et rectitude

 

Ces entraineurs extrêmement compétents dans leurs capacités a former cavaliers et chevaux sur des bases solides et saines manquent à la création d’ une pépinière dans laquelle le haut niveau pourrait puiser cavaliers et chevaux pour la compétition internationale. Stages d’entraineurs et stages – tout court – doivent donc être multipliés et déclinés sous toutes les formes possibles, ils doivent être accessibles au plus grand nombre en étant ouverts au public et annoncés a l’avance afin de répandre la  » bonne parole » le plus largement possible.

 

Avis à la FFE et à tous les organisateurs privés !!!

No Comments

Post a Comment