Comment gérer un cheval chaud

Votre cheval a « du sang » ? Il est sur l’oeil ? Peut-être jeune ou simplement émoustillé par le froid ? Il vous teste et ses réactions vous intimident ? Voici quelques idées pour reprendre confiance et retrouver le contrôle.

 

 

L’importance de l’encadrement

Il est indispensable, à tout moment, d’être encadré par un professionnel. L’accompagnement est indispensable pour votre sécurité, votre progression technique et votre confiance en vous. Il est beaucoup plus facile de gérer une situation de stress ou de peur lorsque quelqu’un à pied vous rassure, vous guide. Eventuellement, votre entraineur peut vous aider à régler le problème en tenant le cheval en main, à la longe voire même en le montant. Voir quelqu’un d’autre gérer votre cheval peut vous éclairer  sur la méthode à suivre mais également vous réconforter en voyant votre cheval sage et à l’écoute. Ne vous mettez pas dans une situation que vous n’êtes pas capable de gérer. Le cheval va prendre le dessus et comprendre qu’il peut vous balader.

 

La mise en avant

Le réflexe naturel face à un cheval anxieux est de s’agripper aux rênes et de lâcher les jambes. Réflexe humain certes mais contre productif à souhait. Le mouvement vers l’avant est souvent la meilleure solution pour canaliser votre cheval. Un cheval chaud a souvent du mal à accepter les jambes, laissant le cavalier absolument hors de contrôle. Progressivement, corrigez la situation en gardant les mollets au contact. Votre cheval doit vous sentir présent et affirmé. S’il vous sent apeuré ou discret, il risque de repartir de plus belle. La mise en avant peut aussi vouloir dire, dans un cas extrême, de partir rapidement au trot en début de détente. Evitez de marcher au pas trop longtemps sur un cheval explosif. Eventuellement, mettez votre cheval en avant au trot ou galop puis une fois calmé revenez au pas pour le laisser souffler.

 

Les rênes ajustées

Optez pour des rênes courtes en début de séance, elles pourront se rallonger lorsque la pression sera redescendue. Question de sécurité bien sur mais la présence réconfortante de vos aides, affirmées, va  également vous aider à reconcentrer et apaiser votre cheval. Votre position est déterminante. Adoptez une attitude qui illustre votre confiance en vous (même superficielle). Restez bien assis, tenez-vous droit.

 

Gardez votre cheval concentré

Occupez votre cheval, sollicitez-le pour gagner sa concentration. Multipliez les exercices, même simples, pour qu’il se focalise sur vous plutôt que sur les éléments extérieurs. Voltes et cessions à la jambe peuvent s’avérer utiles en début de séance. En approchant d’une zone difficile où le cheval se crispe, évitez l’approche frontal. Utilisez une légère flexion intérieure, contrôlez la vitesse et rapprochez vous très progressivement du point en question en poussant le cheval avec la jambe intérieure. Il est plus important de conserver le contrôle de votre cheval (attitude et allure) que d’aller exactement sur le point en question. Déplacez le problème en exigeant le contrôle de l’allure et de la nuque plutôt que de vous focaliser sur l’endroit délicat. Votre cheval est bien plus fort et borné que vous, s’il ne veut pas aller quelque part il n’ira pas ! N’essayez pas de le contraindre mais plutôt de le convaincre de rester concentrer sur votre exercice, même si cela signifie de ne pas gagner à 100% d’un coup ! Au fur et à mesure, rapprochez-vous de la localisation en question. Le propos n’est pas d’éviter totalement le problème mais simplement de ne pas entamer une bagarre que vous n’êtes pas en mesure de gagner …

 

Contrôlez votre propre peur

Le cheval est une éponge. Il ressent vos émotions avant même que vous ne les ressentiez vous-même. Travaillez sur votre confiance en vous et vos réactions va forcément améliorer celles de votre cheval. Si vous sursautez en même temps que lui et que vous anticipez ses écarts, vous n’avez aucune chance que le cheval se calme. Plus facile à dire qu’à faire et c’est pourquoi on en revient au conseil numéro 1 : être encadré. Ne montrez pas vos inquiétudes au cheval. Si vous avez des difficultés à dissimuler vos peurs, le professionnel est là pour vous y aider : détendre votre cheval, vous tenir en longe, débuter avec des séances sans galop, délimiter un espace dans la carrière, vous rassurer, vous challenger … autant de mesure que de personne et de cas de figure.

 

 

 

  • Attention ces suggestions doivent être adaptées à chaque cas particulier. L’équitation est un sport dangereux qui nécessite l’encadrement quotidien d’un professionnel.

 

No Comments

Post a Comment