Technique Dressage : le changement de pied

Le changement de pied en l’air n’est autre qu’un départ au galop du galop : le cheval passe du galop sur un pied au galop sur l’autre pied durant le temps de suspension de cette allure. Si l’apprentissage de ce mouvement est propre à chaque cheval et qu’il y a autant de méthodes que de cavaliers, voici quelques pistes de travail, suggestions d’exercices et mises en garde contre certains écueils à éviter.  

 

Pour appréhender correctement le changement de pied, il faut avant tout comprendre le mécanisme du galop, une allure asymétrique et à trois temps. Prenons l’exemple du galop à droite, il se découpe de la manière suivante : postérieur gauche, diagonale gauche, antérieur droit, phase de projection (aucun membre ne touchant le sol).

 

Apprendre avec un maître d’école 

Avant de commencer les changements de pied, le cavalier doit bien comprendre le fonctionnement de cet exercice afin de l’appréhender le plus naturellement possible. Il est idéal d’approcher ce mouvement avec un cheval dressé qui pourra enseigner au cavalier le bon enchaînement des aides. Ce maître d’école ne sera pas perturbé par un cavalier débutant et ses changements ne seront pas détériorés même s’ils sont maintes fois répétés. Aucune confusion ne viendra perturber le cavalier dans sa découverte et il pourra sereinement trouver ses marques.

 

Précision, détermination et décontraction

L’essentiel est de ne pas se focaliser sur le changement de pied en lui même et de ne compromettre ni sa position ni la qualité du galop au profit de l’exercice. La trajectoire, la rectitude, le rythme, la cadence, l’amplitude et l’attitude devront à tout moment rester sous contrôle et ne pas se voir modifiés avant, pendant ou après le changement. Avant le changement la jambe extérieure doit être reculée et la jambe intérieure être à la sangle, le cavalier doit préparer très légèrement la nouvelle flexion, puis inverser nettement ses deux jambes tout en contrôlant sur la nouvelle rêne extérieure afin de garantir une rectitude parfaite. Prenons le cas du changement de droite à gauche : au galop à droite, le pli du cheval est légèrement à droite, la jambe gauche se recule à l’approche du changement alors que la jambe droite reste avancée. Sur le droit, le cheval doit céder sur la rêne gauche sans mettre ses hanches à gauche et en restant parfaitement droit sur les deux rênes. La jambe gauche s’avance et simultanément que la droite recule. La demande de changement doit être très nette, la jambe se reculant agissant de manière électrique. Le cavalier doit être sûr de lui, ne pas douter et ne pas sortir de sa selle. La changement de pied doit être demandé durant le temps de suspension de la foulée précédente.

 

Activité, réactivité, rectitude 

Il est essentiel de déterminer le bon galop pour assurer un changement de pied de bonne qualité. Les conditions sine qua non au changement de pied en l’air sont le rythme à trois temps du galop, la sensibilité aux aides garantissant la réactivité aux demandes, la rectitude, le maintien du contrôle de l’amplitude et de la vitesse, l’attitude constante avec une mise en main stable et un cheval franchi, la qualité des transitions dans et entre les allures. Il est essentiel de maintenir la trajectoire initiale en montant un changement de pied. Par exemple, la tendance naturelle du cheval est de modifier sa diagonale après le changement : juste après avoir changé vers la droite, le cheval cherche souvent à rejoindre la piste plus tôt en se déportant vers la gauche. Au cavalier de maîtriser la rectitude en encadrant le cheval avec la rêne gauche, nouvelle rêne extérieure plutôt que d’avoir le réflexe de le fléchir excessivement à droite, perdant ainsi le contrôle des épaules et égarant le cap initial.

 

 

 

 

Les exercices recommandés 

Durant la phase d’apprentissage, le cavalier devra accepter de ne brûler aucune étape.

La volte

Patiemment, il faudra construire la qualité du galop en se servant de voltes pour maintenir l’activité et le rythme tout en contrôlant la taille des foulées dans l’optique du galop rassemblé.

 

Les transitions

Par la suite, il faudra avant tout garantir la qualité des transitions montantes pas/galop et descendantes galop/pas quel que soit l’endroit dans le rectangle. Travaillez avant tout les transitions depuis et vers le trot pour ensuite passer au pas du galop en fin de volte en arrivant vers la piste. La gamme entière de transitions doit être parfaitement maîtrisée. Progressivement, le nombre de foulées entre les transitions sera réduit pour finalement arriver à des transitions galop à gauche, une foulée de trot, galop à droite ou même à des ferme à ferme. L’exigence du cavalier devra se concentrer sur la réactivité lors des départs au galop.

 

La demi volte 

Avec un jeune cheval, dessinez une demi volte de 10 mètres et demandez le changement en rejoignant la piste.

 

Le galop à faux 

Il permet d’assurer un maximum de rectitude dans le galop tout en préparant les conditions pour le changement de pied : contrôle de la position des épaules, flexion et contre flexion, maîtrise de l’allure.

 

Cession à la jambe 

Dans le prolongement du galop à faux, le cavalier pourra demander de très longues cessions à la jambe au galop. Par exemple, depuis le galop à droite, faire un doubler sur la ligne du milieu et rejoindre la piste en cession à la jambe gauche, le cheval légèrement fléchi à gauche, les épaules bien devant les hanches. Le cheval doit pouvoir maintenir le galop sur un pied malgré une contre flexion et un déplacement des épaules sans anticiper le changement. Seul le décalage des jambes doit indiquer la volonté de changer de pied et non l’échange de flexion afin d’obtenir un changement droit et expressif. Un fois ce travail latéral contrôlé le changement peut être demandé en bout de cession, au début avec l’aide du pare botte qui permet de mieux soigner la rectitude.

 

Le doubler dans la largeur 

Vous pouvez vous servir de ce tracé pour enseigner ou améliorer les changements de pied. Au galop à droite, doublez dans la largeur, poussez légèrement les épaules vers la droite avec l’ébauche d’une cession à la jambe gauche, attendez que le cheval cède à gauche, changez de pied et marchez bien droit en maintenant le contact à droite avant de tourner à gauche.

 

 

Les erreurs à éviter 

  • Durant l’apprentissage, ne pas abuser de ce mouvement afin de maintenir fraîcheur et motivation sans risquer de lasser le cheval ou de le fatiguer inutilement. Il faudra lui laisser le temps d’assimiler l’exercice, d’y réfléchir et d’encaisser l’effort physique produit.
  • Ne jamais vous fâcher si le changement de pied n’est pas correct. Le cavalier doit inculquer cet exercice sous forme de jeu sans mettre de pression et en acceptant d’y passer calmement le temps nécessaire. Un cheval qui n’exécute pas bien le changement de pied vous a certainement mal compris. Assurez vous d’avoir été clair. Si le cheval commet une faute, se désunit, finissez le changement de pied afin de vous retrouver à la bonne main, quitte à faire une foulée de trot. Le cheval comprendra que le but final est de se retrouver sur l’autre pied même s’il n’a pas encore compris comment. Récompensez généreusement lorsque le cheval se retrouve sur le bon pied.
  • Si un cheval ne change pas exactement à la demande, ne continuez pas à demander le changement en gardant la jambe collée mais renouvelez la demande un peu plus loin. Vous êtes au galop à droite, jambe gauche reculée. Au moment du changement vous avancez la jambe gauche et reculez la droite. Il ne se passe rien. Reprenez vos aides du galop à droite et redemandez depuis le début quelques foulées plus loin. Vous éviterez ainsi que votre cheval ignore la jambe.
  • N’enseignez pas à votre cheval à changer de pied en l’air en tirant sur la rêne du côté où vous voulez changer ou les fondations de base seront défaillantes : votre cheval ne maintiendra pas la rectitude dans les changements, habitude difficile à corriger.
  • Une fois votre cheval calé, ne changez pas toujours au même endroit afin d’éviter l’anticipation. Entre autres, pensez à marcher droit avant de changer de pied à la fin d’un appuyer et ne changez pas systématiquement. Pensez à changer en fin de diagonale plutôt que systématiquement en passant la ligne du milieu.

 

Les problèmes que vous pouvez rencontrer

  • Si votre cheval accélère après le changement, montez une volte avant et après afin de retrouvez la vitesse souhaitée.
  • Si votre cheval connaît les changements de pied mais cherche à se traverser, aidez vous du pare botte. Si le cheval met les hanches à droite dans le changement vers la droite, montez le changement gauche/droite sur la piste à main gauche.
  • Si le changement est court ou joint, redescendez la nuque de votre cheval, relaxez le galop et ré avancez afin de gagner en amplitude.
  • Si le changement est en retard derrière, augmentez l’activité mais contrôlez la vitesse tout en étant plus précis dans vos aides.
  • Si le cheval change d’abord derrière, il se peut qu’en amont vous rencontriez un problème de rectitude : maintenez la nouvelle épaule plus devant, au galop à droite avant de changer vers la gauche déplacez les épaules vers la gauche.

 

La notation avec Isabelle Judet, juge internationale de dressage 5*

0/1 : pas de changement de pied en l’air

2/3 : le cheval se désunit et le reste plusieurs foulées

4 : le changement est en deux temps (le mouvement des postérieurs et des antérieurs ne sont pas concomitant, le temps d’une foulée le cheval galope sur un pied devant et sur l’autre pied derrière)

5 : le changement est court ou joint (il ne décale pas suffisamment ses postérieurs) ; le cheval est contre la main ; il accélère ; il monte la croupe

6 : le cheval est traversé ou se descend ; le changement est piqué

7 : le changement est correct mais n’est pas tout à fait droit, manque d’expression ou la mise en main est insatisfaisante

Au delà, la note augmentera en fonction de la rectitude, l’expression, l’amplitude, la tendance montante, le rythme, le qualité du galop, la liberté d’épaule, l’attitude et la discrétion des aides.

2 Comments
  • Mesnage yannick
    Répondre

    Bonjour,

    J,adore cet exercice. C,est super clair et surtout il y a les erreurs, difficulté que vont rencontrer les cavaliers. Surtout les débutants comme moi. Avec mon galop 3, je fais pas encore cela. Mais ça m,interesse.
    Merci pour cet exercice.

    5 mai 2020at14 h 23 min

Post a Comment