Conseil de Juge n°64 : juger les stars

Lequel d’entre nous ne s’est jamais retrouvé à juger un couple mythique aux performances passées extraordinaires?

Ce cas de figure peut arriver à tous les niveaux de la compétition et pour des raisons variées : retour après blessure, changement de cavalier, changement d’entraîneur…

 

A un haut niveau tous les amateurs de dressage l’ont observé lors des derniers championnats d’Europe. Le jugement du premier jour a été exemplaire de cohésion et de cohérence. Il n’y avait ni vedette ni couple aspirant aux premières places. Certes, les résultats de chacun étaient d’une importance capitale pour le classement des équipes comme on l’a vu dans le cas de la France où ce sont nos deux cavaliers du premier jours qui ont contribué à assurer notre sélection en épaulant la très belle performance de Karen Tebar.
Le second jour, chacun a vu et largement commenté, entre autre, le fossé immense entre les résultats des juges pour le cheval Totilas (+ou- 10%) cheval mythique au retour annoncé et très attendu par un buzz soigneusement entretenu…

 
A Stockholm, l’étape coupe du monde voyait le retour de Parzival et Adelinde Cornelissen après un an d’absence. Malgré un jury expérimenté presque 8% séparent les juges.

Ceci est trop, beaucoup trop. Comment l’expliquer?

Le passé brillant, les qualités indiscutables des chevaux incriminés, leurs points forts conservés par delà les dégradations du temps où de la moindre technicité du cavalier, ces divers éléments influent indiscutablement sur l’inconscient du juge qui doit tenter de les ignorer pour ne juger que ce qu’il voit. Et c’est à cela qu’il faut veiller, c’est dans ces cas précis où l’automatisme du jugement peut jouer des tours qu’il faut essayer d’analyser chaque figure afin de l’évaluer selon ses critères techniques bien définis.

 
A quelque nouveau que ce soit, vous pouvez être confrontés, vous aussi, à une telle situation. Mon conseil est de toujours revenir aux fondamentaux en ignorant les éléments parasites : qui est le cavalier, pour quel club ou quel pays monte t-il, qui est son entraîneur, quelles sont ses performances antérieures, quel prix a été acheté le cheval ?

Autant de questions qui risquent de rendre votre jugement caduque et ainsi de vous faire perdre votre crédibilité ou de vous rendre méprisable aux yeux des experts qui vous jugent concours après concours et qui ne manqueront pas de mettre en doute votre compétence ou pire votre honnêteté si vous n’avez pas veillé à remettre en permanence la technique au cœur de votre notation et de vos commentaires.

No Comments

Post a Comment